Numerislav : un siècle d’archives sur les études slaves en cours de numérisation

Développé en coopération entre Eur’ORBEM et l’Institut d’études slaves, le projet NUMERISLAV prend appui sur des fonds d’archives diversifiées, dédiées aux études slaves, produites pour la plus grande part durant les années 1920-1960.

Le fonds d’archives scientifiques que conserve l’Institut d’études slaves (IES) est le point de départ de notre corpus. Professeurs et chercheurs, mais aussi héritiers et ayants droit ont fait don de leurs archives personnelles et correspondances, couvrant un siècle de production scientifique dans plusieurs disciplines : histoire, philologie, littérature, linguistique, ethnologie…

Ces archives représentent vingt trois fonds distincts, dessinant une production qui s’organise en réseau dans de nombreux pays du monde, et prioritairement en Europe centrale, orientale et balkanique.

Le projet  NUMERISLAV en propose l’identification, la localisation, l’inventaire, la numérisation et la mise à disposition sur un portail dédié pérenne et libre d’accès, qui sera hébergé sur la plateforme HumaNum.

Ce projet est piloté par Sylvie Archaimbault (CNRS, Eur’Orbem) assistée de Nathalie Lereboullet.

“Kroujok littéraire sur le XIXe siècle” : un projet du GdR Empire Russe, URSS et monde post-soviétique

Illustration de Maksim Vorobiev

Maksim Vorobiev – “Chêne brisé par la foudre”/Максим Воробьёв, Дуб, раздробленный молнией

Nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance d’un nouveau projet du GDR Empire Russe, URSS et monde post-soviétique.

Un “Kroujok littéraire sur le XIXe siècle”, né lors de nos premières journées d’études organisées à Strasbourg les 16 et 17 octobre 2019.

 

Présentation du projet “Kroujok littéraire sur le XIXe siècle”

La littérature russe du XIXe siècle, objet d’une constante patrimonialisation, continue aujourd’hui d’occuper une place éminente dans les consciences culturelles, que ce soit en Russie ou à l’étranger. Pour autant, cette popularité soutenue n’empêche pas un certain désamour au sein la sphère académique : en France, non seulement les thèses de littérature russe consacrées à ce siècle sont devenues rares, mais le champ est resté relativement à l’écart des nouvelles perspectives de recherche qui ont profondément bouleversé l’historiographie littéraire et renouvelé l’étude des autres siècles, comme les différentes studies, la World Literature, la théorie de la réception, la théorie de la fiction ou l’articulation entre littérature et histoire culturelle, littérature et histoire sociale ou littérature et histoire matérielle. Nous sommes donc face au paradoxe suivant : le siècle canonique de la littérature russe est celui sur lequel on a le plus écrit, tout en restant le plus lacunaire, au vu de sa diversité, quant à la connaissance que nous en avons.

L’une des raisons pour lesquelles ces nouveaux paradigmes de la critique littéraire ont peu impacté la slavistique française et les études sur la littérature russe classique est l’éclatement du champ académique. En réponse à cette configuration spécifique, le Kroujok, cercle réunissant des spécialistes de la littérature russe du XIXe siècle et des comparatistes, se propose de contribuer à renouveler et à redynamiser les études littéraires sur le « grand siècle russe » à travers l’organisation d’événements scientifiques réguliers sur le modèle du workshop, de la journée d’études ou du colloque. Ces actions contribueront à réaliser trois missions : Continuer la lecture