2ème Journée d’études du GDRus : L’Empire russe, l’URSS et le monde post-soviétique au contact d’autres aires culturelles. Enjeux méthodologiques et épistémologiques

La deuxième journée d’étude du GDR « L’Empire russe, l’URSS et le monde post-soviétique aux contacts des autres aires culturelles. Enjeux méthodologiques et épistémologiques » aura lieu les 4-6 février 2021 à l’Université Grenoble Alpes. Elle entend rassembler les chercheurs dont les travaux mettent en relation plusieurs aires géographiques et culturelles dont l’aire (post)-soviétique.

Comment les chercheur.es dont l’objet est l’espace frontalier entre ces aires dialoguent- ils/elles avec les chercheur.es et les recherches provenant de cet espace ? Par quels moyens méthodologiques les chercheur.es travaillant prioritairement sur les espaces post-soviétiques abordent-ils/elles les autres aires géographiques ? Inversement, comment les chercheur.es, dont l’objet principal se situe en dehors de l’aire russo-(post-)soviétique abordent-ils/elles cette dernière ? Enfin, quels sont les outils épistémologiques, propres à chaque discipline, permettant ou entravant un tel dialogue ?

    • La journée d’étude sera précédée par une série de séminaires introductifs à l’automne 2020 consacrés aux différentes approches théoriques de la problématique proposée. Les participants à la journée d’étude seront invités à y prendre part. Le programme des séminaires sera diffusé en septembre.
    • Par ailleurs, nous prévoyons la publication d’une sélection de contributions dans le cadre d’un numéro spécial de revue.

Vous trouverez ci-dessous la version complète de l’Appel à communications

Les propositions de 500 mots sont à envoyer pour le 20 septembre à trois adresses suivantes : bronnikova.olga@gmail.com
maroussia.ferry@gmail.com
etienne.peyrat@sciencespo-lille.eu

Comité Scientifique :
Sylvie Archaimbault (CNRS-Eur’Orbem)
Marc Aymes (CNRS-CETOBaC)
Andy Byford (Durham University)
Boris Czerny (ERLIS, Université de Caen-Basse Normandie)
Alexey Evstratov (Université de Lausanne)
Elena Filippova (Académie des sciences de Russie)
Svetlana Gorshenina (AOROC (CNRS/ENS), Maison de l’histoire de l’Université de Genève)
Jean-Philippe Jaccard (Université de Genève)
Ioana Popa (CNRS-ISP)
Clément Therme (CERI)

Membres du Comité Scientifique du GDRUS Continuer la lecture

Appel à communication : Les Doctoriales de l’Europe médiane, de l’espace russe et (post-)soviétique – 3 et 4 juin 2021, INALCO

Les Doctoriales de l’Europe médiane, de l’espace russe et (post-)soviétique
(DEMEPS 2021)
Inalco, 2 rue de Lille 75007
3 et 4 juin 2021.

 Les « Doctoriales de l’Europe médiane, de l’espace russe et (post-)soviétique » ont pour objectif de créer un lieu régulier de dialogue commun à l’ensemble des chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et post-doctorants travaillant sur un large espace couvrant l’Europe médiane, la Russie et l’Asie centrale, et, plus largement, l’ensemble des régions et États post-soviétiques, quel que soit leur champ disciplinaire.

Dans ce but, des chercheurs et enseignants-chercheurs, directrices et directeurs des principales unités de recherche travaillant sur ces régions ou exerçant des responsabilités dans le cadre des deux GDR CNRS « Connaissance de l’Europe médiane » et « Empire russe, URSS, monde post-soviétique » (GDRUS) se sont associés pour fournir un cadre de travail régulier dont ces Doctoriales 2021 sont le premier rendez-vous.

Celles-ci s’adressent aux doctorants à partir de la deuxième année (soit une 1re inscription au plus tard le 1er septembre 2019) et aux jeunes chercheurs post-doctorants ayant soutenu leur thèse après le 1er janvier 2018. Les doctorants inscrits en 1re année de doctorat au cours de l’année universitaire 2020-2021 sont les bienvenus pour participer à ces échanges. Lisez l’appel ici

Kroujok littéraire sur le XIXe siècle : Les lieux-objets de la littérature russe au XIXe siècle

Le Kroujok littéraire sur le XIXe siècle tiendra son premier atelier sous forme de web-séminaire le jeudi 22 octobre 2020 de 9h30 à 12h30. La séance sera consacrée au thème suivant : « Les lieux-objets de la littérature russe au XIXe siècle ».

Il s’agit de réfléchir en commun à la manière dont les spécialistes de littérature russe du XIXe siècle travaillent la notion d’objet à travers leurs corpus et leurs prismes méthodologiques, afin de dégager les questions spécifiques qui se posent au sujet des objets et des lieux dans l’étude de cette période.

La séance est ouverte à toutes les personnes intéressées, qui peuvent se mettre en contact avec les organisateurs du Kroujok (Catherine Géry, Laetitia Decourt et Victoire Feuillebois) : le lien permettant d’accéder à l’atelier en ligne sera diffusé peu avant la séance. Les étudiants de Master et de Doctorat sont les bienvenus, qu’ils souhaitent présenter leurs travaux, participer aux débats ou assister aux échanges.

Appel à communications : Le « crayon bleu » de la censure :  le contrôle, le contournement et la circulation des informations dans les pays non-démocratiques au XX siècle

Appel à communications

Le « crayon bleu » de la censure :  le contrôle, le contournement et la circulation des informations dans les pays non-démocratiques au XX siècle

Colloque international transdisciplinaire

Paris, France

2 octobre 2020

Eugène Lyons, journaliste américain accrédité à Moscou à la fin des années 1920, décrivait dans ses mémoires le travail d’un correspondant étranger en URSS, qui, de par son métier, était régulièrement confronté à la censure : outre les contraintes imposées, on y voit aussi les pratiques spécifiques de la lecture d’une presse sous le contrôle étatique comme source tout de même majeure d’information, la nécessité pour les correspondants de maîtriser les codes comportementaux et langagiers pour pouvoir exercer convenablement leur travail, les interactions et les sociabilités multiples entre les journalistes rivaux et les censeurs, le profil et les pratiques quotidiennes de ces derniers (Lyons 1938).

Loin de l’image d’un censeur à crayon bleu exerçant l’acte répressif du pouvoir d’État dans un vacuum social, cette description de Lyons invite à réinterroger la censure d’informations dans des pays non-démocratiques au XXe siècle dans un cadre plus large de l’histoire sociale, attentive aux acteurs, à leur pratiques, et aux circulations. Ainsi, la notion même de la censure doit être élargie à « un large spectre de pratiques qui sont présentes à tous les niveaux de la société et qui dirigent le discours et le comportement à travers tout un ensemble de mécanismes qui sont parfois subconscients » (Sherry 2015). Ce thème de la censure nous permet en outre de questionner la notion même d’un régime non-démocratique qui est traditionnellement définie par opposition à celle de la démocratie[1] ainsi entrainant le modèle de l’opposition binaire. Des études récentes témoignent de la remise en question de cette distinction prétendument nette : telles notions que « la démocratie illibérale »[2] ou « la démocrature »[3] se voient apparaître à la fin du XXe siècle pour caractériser des régimes de nature hybride qui empruntent certaines caractéristiques de la démocratie libérale mais qui sont caractérisés par le pouvoir autoritaire, ce qui nous permet de les attribuer également aux régimes non-démocratiques.

Continuer la lecture

Appel à contributions : journée d’études « Gogol, l’imposteur », Jeudi 11 Février 2021 – Inalco, Paris

Journée d’études

« Gogol, l’imposteur »

 Jeudi 11 Février 2021 – Inalco, Paris

 Appel à contributions

Le nom de Nikolaï Gogol est communément associé aux notions d’énigme, d’absence et de fuite, qu’il s’agisse de son œuvre ou de sa vie, telle qu’elle se reflète dans les témoignages de ses contemporains. Dans l’une comme dans l’autre apparaît une « conscience labyrinthique » qui, selon Vladimir Jankelevitch, est à la fois celle du menteur et de l’ironiste. Gogol l’imposteur, c’est l’écrivain qui surveille toujours avec effroi son propre effet (Abram Tertz), c’est l’illusionniste et le mystificateur, capable d’édifier jusque dans sa correspondance des mensonges compliqués et inutiles : c’est, à la fois, un « enchanteur » et un « imitateur » (Viktor Erlich).

La notion d’imposture qui donne son titre à cette Journée d’études ne correspond pas à un terme strictement équivalent en russe. Il semble bien qu’à samozvantstvo – terme rattaché dans l’histoire russe à la prolifération des faux tsars pendant le temps des Troubles, il faille préférer le terme générique obman, notion qui englobe les champs lexicaux du mensonge et de l’illusion. En effet, le mensonge  (lož’), comme intention de tromper, est un premier fondement de l’imposture ; l’illusion (illjuzija, mais aussi mečta et prelest’), comme tromperie de soi-même, en est le second fondement. L’un et l’autre sont intrinsèques au monde fictionnel de Gogol, que Iouri Lotman qualifie de « pseudo-monde », notamment dans les récits pétersbourgeois : un monde qui fait seulement semblant d’exister, et auquel correspond une écriture qui reflète cette pseudo-consistance. Continuer la lecture

Recrutement d’enseignants en littérature, sociologie, histoire, droit et philosophie aux CUF de Moscou et Saint-Petersbourg

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, en partenariat avec des établissements d’enseignement supérieur français, recrute des enseignants en droit, histoire, littérature, philosophie et sociologie pour les Collèges universitaires français de Moscou et de Saint-Pétersbourg, institutions relevant du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Date de clôture pour postuler : 31 mai 2020.

7 postes seront vacants ou susceptibles d’être vacants à Moscou (un poste en histoire, en philosophie et sociologie, deux postes en droit et en littérature) et 5 autres postes seront vacants ou susceptibles d’être vacants à Saint-Pétersbourg (un poste dans chaque discipline). Les postes sont à pourvoir à compter du 1er septembre 2020. Le contrat proposé est d’un an, renouvelable au maximum deux fois. La rémunération est équivalente à celle d’un Ater.

Cet appel à candidatures s’adresse à des spécialistes dans ces disciplines (histoire, philosophie, sociologie, droit et littérature) ayant effectué tout ou partie de leur cursus universitaire en France. Il est principalement destiné à des doctorants ou à de jeunes docteurs susceptibles d’effectuer des recherches en Russie. Les candidats devront être au minimum titulaires d’un master au 1er septembre 2019. Des notions de russe sont souhaitables. Continuer la lecture

Recrutement des lecteurs/lectrices de russe

Le Département d’Etudes slaves de l’Université de Strasbourg recrute un/e lecteur/lectrice de russe pour la rentrée de septembre 2020. Le contrat proposé est de 12 mois, renouvelable une fois.
Les enseignements à donner couvrent la grammaire, l’expression écrite et orale, ainsi que les différentes langues dites « de spécialité », telles que langue de la presse. Le public concerné est tout à la fois un public de spécialistes LLCER et de débutants non-spécialistes (Lansad)
L’introduction de l’enseignement de l’ukrainien en Lansad (niveau débutant) étant envisagée pour la rentrée 2020, la maîtrise de cette langue serait un atout.

Le candidat ou la candidate devra :
-avoir le russe pour langue maternelle et un très bon niveau de français, de préférence attesté par un certificat ou diplôme de supérieur ;
-être titulaire d’un diplôme niveau Master 2 ou équivalent ;
-avoir une expérience de l’enseignement du russe, si possible en France.

Les candidatures sont à envoyer aux adresses suivantes avant le 18 mai 2020 dernier délai aux adresses suivantes :
kustova@unistra.fr
feuillebois@unistra.fr

Les candidats présélectionnés se verront proposer un entretien à distance durant la semaine du 25 mai.

Numerislav : un siècle d’archives sur les études slaves en cours de numérisation

Développé en coopération entre Eur’ORBEM et l’Institut d’études slaves, le projet NUMERISLAV prend appui sur des fonds d’archives diversifiées, dédiées aux études slaves, produites pour la plus grande part durant les années 1920-1960.

Le fonds d’archives scientifiques que conserve l’Institut d’études slaves (IES) est le point de départ de notre corpus. Professeurs et chercheurs, mais aussi héritiers et ayants droit ont fait don de leurs archives personnelles et correspondances, couvrant un siècle de production scientifique dans plusieurs disciplines : histoire, philologie, littérature, linguistique, ethnologie…

Ces archives représentent vingt trois fonds distincts, dessinant une production qui s’organise en réseau dans de nombreux pays du monde, et prioritairement en Europe centrale, orientale et balkanique.

Le projet  NUMERISLAV en propose l’identification, la localisation, l’inventaire, la numérisation et la mise à disposition sur un portail dédié pérenne et libre d’accès, qui sera hébergé sur la plateforme HumaNum.

Ce projet est piloté par Sylvie Archaimbault (CNRS, Eur’Orbem) assistée de Nathalie Lereboullet.

« Kroujok littéraire sur le XIXe siècle » : un projet du GdR Empire Russe, URSS et monde post-soviétique

Nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance d’un nouveau projet du GdR Empire Russe, URSS et monde post-soviétique. Un « Kroujok littéraire sur le XIXe siècle », né lors de nos premières journées d’études organisées à Strasbourg les 16 et 17 octobre 2019.

Présentation du projet « Kroujok littéraire sur le XIXe siècle »

Illustration de Maksim Vorobiev

Maksim Vorobiev – « Chêne brisé par la foudre »/Максим Воробьёв, Дуб, раздробленный молнией

La littérature russe du XIXe siècle, objet d’une constante patrimonialisation, continue aujourd’hui d’occuper une place éminente dans les consciences culturelles, que ce soit en Russie ou à l’étranger. Pour autant, cette popularité soutenue n’empêche pas un certain désamour au sein la sphère académique : en France, non seulement les thèses de littérature russe consacrées à ce siècle sont devenues rares, mais le champ est resté relativement à l’écart des nouvelles perspectives de recherche qui ont profondément bouleversé l’historiographie littéraire et renouvelé l’étude des autres siècles, comme les différentes studies, la World Literature, la théorie de la réception, la théorie de la fiction ou l’articulation entre littérature et histoire culturelle, littérature et histoire sociale ou littérature et histoire matérielle. On aboutit donc au paradoxe suivant : le siècle canonique de la littérature russe est celui sur lequel on a le plus écrit, tout en restant le plus lacunaire, au vu de sa diversité, quant à la connaissance que nous en avons.

L’une des raisons pour lesquelles ces nouveaux paradigmes de la critique littéraire ont peu impacté la slavistique française et les études sur la littérature russe classique est l’éclatement du champ académique. En réponse à cette configuration spécifique, le Kroujok, cercle réunissant des spécialistes de la littérature russe du XIXe siècle et des comparatistes, se propose de contribuer à renouveler et à redynamiser les études littéraires sur le « grand siècle russe » à travers l’organisation d’événements scientifiques réguliers sur le modèle du workshop, de la journée d’études ou du colloque. Ces actions contribueront à réaliser trois missions : Continuer la lecture

Recrutement MCF 2020

Quelques informations sur la campagne de recrutement des enseignants-chercheurs

Section 13 (langues et civilisations slaves)

Université Rennes 2 : Profil – Langue et littérature russes

Voir la fiche de poste et composition du jury

Université Aix-Marseille : Profil – Langue et linguistique russes (dont grammaire et expression écrite et orale en LLCE etLEA), traduction français-russe.

Voir la fiche de poste et composition du jury

Université Paris 3 : Profil – Civilisation des XXe et XXIe siècles, russe des affaires, marketing des affaires

Voir la Fiche de poste et composition du jury

Inalco (au fil de l’eau) : Profil – Langue et grammaire russes.

Voir la fiche de poste et la composition du jury

Date de sélection des dossiers : 5 mai

date d’audition prévue : 3 juin

Autres sections du CNU Continuer la lecture

Sorbonne Université : offre de Post-Doc au sein du Laboratoire Eur’ORBEM

Le laboratoire Eur’ORBEM (UMR Sorbonne Université/CNRS) recrute un.e chercheur.e post-doc pour une durée d’un an à compter du 1er septembre 2020 dans le cadre du projet Emergence(s) “SAMSON – Sciences, Arts and Medicine and Societal Norms”.

délai de candidature : 20 avril 2020
Entretiens : 5-7 Mai 2020
Envoi des candidature en anglais ou en français à  <luba.jurgenson@wanadoo.fr>

URGENT : poste de professeur en littérature russe, Sorbonne Université – deadline 5 mars 2020

Nous publions l’annonce pour un poste en littérature russe au sein de Sorbonne Université à compter du 1er septembre 2020.

informations complémentaires :

Pétition pour la levée de l’interdiction du territoire de la Fédération de Russie de Karine Clément

Chers collègues,

Nous publions ci-dessous le texte de la pétition qui a été mise en ligne sous forme de lettre ouverte au Président de la République demandant la levée de l’interdiction du territoire de la Fédération de Russie prise à l’encontre de Karine Clément. Nous vous invitons à la signer et à la partager autour de vous.

Pour accéder à la signature

L’équipe du GDRus


Le 27 novembre 2019, Karine Clément, sociologue internationalement reconnue comme une des meilleures spécialistes des mobilisations sociales et syndicales en Russie contemporaine, s’est vu refuser à son arrivée à l’aéroport de Moscou l’entrée sur le territoire russe. Emanant directement de la Sécurité intérieure russe (FSB), une interdiction de séjour en Russie de dix ans lui a été signifiée. Karine Clément est menacée d’emprisonnement si elle se présente de nouveau à l’entrée sur le territoire de la Fédération de Russie.

Karine Clément a vécu la majorité de sa vie personnelle et professionnelle en Russie, où de 1998 à 2018 elle a travaillé et enseigné dans des instituts de recherche et à l’université, d’abord à Moscou puis à Saint-Pétersbourg, créant des liens durables entre la communauté scientifique russe et française. En 2018, en raison des entraves mises à son travail, elle avait néanmoins décidé de se réinstaller en France avec sa famille franco-russe, tout en poursuivant ses recherches sur les mobilisations dans une perspective comparative. Continuer la lecture

Lettre de soutien à Karine Clément

Notre collègue, Karine Clément, sociologue et spécialiste de la Russie contemporaine, s’est vu refuser l’entrée sur le territoire russe et interdire de séjour en Russie pour dix ans le 27 novembre 2019. Cette interdiction est une catastrophe pour elle, qui se trouve ainsi coupée de ses partenaires scientifiques, de ses possibilités de recherche sur le terrain et de ses amis et de sa famille en Russie. C’est aussi un grave coup porté à tous les projets de recherche, colloques et publications de qualité dans lesquels elle était impliquée en France et en Russie. C’est également un précédent lourd de menace pour tous les chercheurs qui travaillent en Russie et pour l’avenir de la coopération scientifique entre nos deux pays, en particulier dans le domaine des sciences humaines et sociales.

Karine Clément, docteure en sociologie de l’EHESS, a consacré sa carrière académique à l’étude des ouvriers et des mouvements protestataires en Russie. Après ses travaux doctoraux, elle s’est installée en Russie, à Moscou d’abord puis à Saint-Pétersbourg où elle a travaillé jusqu’en 2018 à la Faculté des Arts libéraux et des Sciences de l’Université d’Etat de St-Pétersbourg. Grâce à la qualité de ses enquêtes de terrain et à ses collaborations scientifiques avec des collègues russes et internationaux, elle est devenue l’une des analystes les plus reconnues et les plus respectées de la société russe contemporaine.

Continuer la lecture