Dernières communications du Kroujok littéraire sur le XIXe siècle

Vous trouverez ci-dessous la présentation en français et en anglais des dernières communications présentées dans le cadre du projet du GDR ” Kroujok littéraire sur le XIXe siècle

Victoire Feuillebois (Université de Strasbourg) : Compte rendu de Le Monde des objets dans l’œuvre de Tolstoï, Cahiers Léon Tolstoï n° 27, Laure Troubetzkoy (dir.), Paris, Institut d’Études Slaves, 2019.

Laetitia Decourt (Sorbonne Université) : Les lieux-objets : la littérature en intérieur

Catherine Géry (INALCO): Les lieux-objets de la culture russe : patrimoine vs matrimoine

Anastasia Kozyreva (Inalco) : L’objet dans l’exposition Pouchkine et son époque de 1937

Lucie Kempf (Université de Lorraine) : Ermolova et Komissarjevskaïa, les deux Jeannes d’Arc de la scène russe à la fin du XIXe siècle

Les textes des communications en anglais sont publiés ici

Kroujok littéraire : workshop en ligne jeudi 19 mai

Nous avons le plaisir de vous inviter à la 6e séance de notre Kroujok littéraire sur le XIXe siècle, qui se tiendra en ligne  le jeudi 19 mai 2022 de 12h à 15h. 

Nous poursuivrons notre thématique sur les objets-lieux et les objets-temps de la littérature russe. Nous entendrons à cette occasion Rodolphe Baudin : « Traduire Karamzine au XIXe siècle : enjeux politiques d’une migration textuelle » et Simon Albertino : « L’objet-lieu et l’objet-temps au prisme de l’objet magique : le conte littéraire russe de la période romantique comme atelier expérimental ».

Voici le lien de connexion : https://us02web.zoom.us/j/7698012813?pwd=QVUrekRIcG9vcjg5MXNxTWM3SUQ4dz09

ID de réunion : 769 801 2813

Code secret : 210988

Nous vous attendons nombreux !

15 juin 2021 : Genres, Formes, Pratiques de La Littérature de masse en Russie, XVIIIè-XXIè Siècles – appel à communication

Appel à communications

Journée d’études en ligne organisée par le CIRRUS – EUR’ORBEM 

15 juin 2021

 Genres, formes, pratiques de la littérature de masse en Russie, XVIIIe-XXIe siècles

Voir sur ce lien l’argumentaire complet de la journée d’études

 

Récemment, de nombreuses initiatives de recherche dans le monde contribuent à faire évoluer la perspective de l’histoire de la littérature russe sur ce qui constitue le canon et ce qui est, ou a été, rejeté à la périphérie. Considérant cette interaction « centre – périphéries » comme une relation dynamique dont la teneur est variable selon les époques, une nouvelle histoire de la littérature russe devra poser la question de ce qui fait évoluer, plutôt que progresser, la littérature.

L’un des plus vastes domaines rejetés aux marges de la « grande littérature » est constitué par la littérature de masse, domaine en général doublement dévalué en tant que mercantile et populaire. Mais la question de sa définition, celle de son statut au sein du champ littéraire, de sa place dans l’évolution littéraire témoignent, par leur actualité, de la pérennité de certaines représentations. La littérature de masse, pensée comme littérature pour les masses, est bien souvent rejetée hors du champ de l’esthétique, condamnée pour son orientation vers le divertissement d’un lecteur peu exigeant, mais aussi en vertu de sa nature sérielle qui la priverait de tout pouvoir de faire évoluer sa consœur, la « haute littérature ». Pourtant, les critères d’évaluation de la littérature de masse ne sont pas forcément évidents, et ont évolué au fil des siècles : si personne n’a aujourd’hui l’idée de vendre Crime et châtiment au rayon des polars, l’on pourrait se demander ce qui, entre la réputation – et popularité – de l’auteur et les pratiques de lecture liées à son œuvre, est déterminant dans la catégorisation de cette œuvre, au-delà de sa qualité « essentielle ». Car la littérature de masse, notamment par la variété et la multitude des acteurs qu’elle engage, invite à considérer une œuvre aussi bien du point de vue de ses qualités intrinsèques que dans la perspective des rapports qu’elle engendre entre son auteur et son lecteur, et de ce que le mode de diffusion du texte (écrit, oral ou par dérivation via d’autres formes d’art, comme le cinéma par exemple) peut entraîner comme transformations de forme et de genre. La réflexion sur l’histoire de la littérature de masse en terrain russe – forcément diachronique – sera donc aussi l’occasion de s’interroger sur l’évolution des pratiques d’édition et de lecture d’œuvres dont le « degré d’ouverture » ne sera bien évidemment pas le même selon l’espace de leur circulation. Continuer la lecture

2eme séance du Kroujok littéraire

La seconde séance de notre Kroujok littéraire aura lieu vendredi 15 janvier 2021 de 12h à 15h en ligne. Elle sera consacrée aux objets et aux lieux-objets de la littérature russe au XIXe siècle.

Sylvie Archaimbault (Sorbonne Université) présentera les matériaux, archives et photos, associés au projet NUMERISLAV (numérisation d’un siècle d’archives des études slaves).

Victoire Feuillebois (Université de Strasbourg) fera un compte-rendu analytique du numéro 27 des Cahiers Léon Tolstoï (2019) consacré au monde des objets dans l’œuvre de ce dernier.

Anastasia Kozyreva (Inalco) fera une présentation de l’exposition Pouchkine et son époque organisée à Paris en 1937 par Serge Lifar.

Catherine Géry (Inalco) proposera une étude comparative de deux démarches épistémologiques (« patrimoniale » et « matrimoniale ») pour envisager les lieux-objets de la culture russe. Continuer la lecture

2eme séance du Kroujok littéraire

La seconde séance de notre Kroujok littéraire aura lieu vendredi 15 janvier 2021 de 12h à 15h en ligne. Il sera consacré aux objets et aux lieux-objets de la littérature russe au XIXe siècle.

Sylvie Archaimbault (Sorbonne Université) présentera les matériaux, archives et photos, associés au projet NUMERISLAV (numérisation d’un siècle d’archives des études slaves).

Victoire Feuillebois (Université de Strasbourg) fera un compte-rendu analytique du numéro 27 des Cahiers Léon Tolstoï (2019) consacré au monde des objets dans l’œuvre de ce dernier.

Catherine Géry (Inalco) proposera une étude comparative de deux démarches épistémologiques (« patrimoniale » et « matrimoniale ») pour envisager les lieux-objets de la littérature russe au XIXe siècle.

 L’accès au Kroujok est libre, le lien de connexion sera communiqué début janvier.

Projet d’écriture d’une Nouvelle histoire de la littérature russe

En avril 2019, deux journées d’études organisées à la Sorbonne et consacrées à la question : « Comment écrire une nouvelle histoire de la littérature russe ? » ont donné l’impulsion à un projet d’envergure qui rassemble aujourd’hui des chercheurs de plusieurs universités françaises et étrangères. Nous sommes partis du constat que les histoires de la littérature russe – comme d’autres histoires de la littérature nationales – avaient presque toutes en commun de narrer une histoire nationale de grands auteurs (de grands hommes avant tout) et de grandes œuvres de manière linéaire, en opérant des sélections inévitables et en oblitérant aussi, à l’occasion, des pans entiers de la production littéraire de telle ou telle époque. En outre, l’approche classique, qui s’appuie peu ou prou sur le canon – ou qui en favorise le maintien, consciemment ou inconsciemment –, a comme particularité d’élaborer un modèle de stabilité, sans rendre compte des dynamiques littéraires, ceci alors même que la forme d’écriture peut être plus ou moins éclatée.

Face à ce constat, et dans la volonté de proposer au lecteur francophone – en premier lieu aux étudiants – un ouvrage et des outils pour aborder l’histoire de la littérature russe d’une manière qui soit à la fois pédagogiquement efficace et méthodologiquement innovante (et qui prenne en compte les courants théoriques les plus récents), nous avons pour objectifs de:

  • Remettre en question la définition du canon littéraire afin de pouvoir prendre en compte tous les « angles morts » de la littérature russe ;
  • Interroger les méthodologies afin de repenser la manière d’écrire l’histoire de la littérature en incluant les « minorités » et en repensant les périodisations existantes ;
  • S’interroger sur le format et le destinataire de l’ouvrage final ;
  • Donner une place importante à la vie littéraire ;
  • Produire une Nouvelle histoire de la littérature russe qui rende compte, dans sa forme, du dynamisme de son contenu.

Continuer la lecture

“Kroujok littéraire sur le XIXe siècle” : un projet du GdR Empire Russe, URSS et monde post-soviétique

Illustration de Maksim Vorobiev

Maksim Vorobiev – “Chêne brisé par la foudre”/Максим Воробьёв, Дуб, раздробленный молнией

Nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance d’un nouveau projet du GDR Empire Russe, URSS et monde post-soviétique.

Un “Kroujok littéraire sur le XIXe siècle”, né lors de nos premières journées d’études organisées à Strasbourg les 16 et 17 octobre 2019.

 

Présentation du projet “Kroujok littéraire sur le XIXe siècle”

La littérature russe du XIXe siècle, objet d’une constante patrimonialisation, continue aujourd’hui d’occuper une place éminente dans les consciences culturelles, que ce soit en Russie ou à l’étranger. Pour autant, cette popularité soutenue n’empêche pas un certain désamour au sein la sphère académique : en France, non seulement les thèses de littérature russe consacrées à ce siècle sont devenues rares, mais le champ est resté relativement à l’écart des nouvelles perspectives de recherche qui ont profondément bouleversé l’historiographie littéraire et renouvelé l’étude des autres siècles, comme les différentes studies, la World Literature, la théorie de la réception, la théorie de la fiction ou l’articulation entre littérature et histoire culturelle, littérature et histoire sociale ou littérature et histoire matérielle. Nous sommes donc face au paradoxe suivant : le siècle canonique de la littérature russe est celui sur lequel on a le plus écrit, tout en restant le plus lacunaire, au vu de sa diversité, quant à la connaissance que nous en avons.

L’une des raisons pour lesquelles ces nouveaux paradigmes de la critique littéraire ont peu impacté la slavistique française et les études sur la littérature russe classique est l’éclatement du champ académique. En réponse à cette configuration spécifique, le Kroujok, cercle réunissant des spécialistes de la littérature russe du XIXe siècle et des comparatistes, se propose de contribuer à renouveler et à redynamiser les études littéraires sur le « grand siècle russe » à travers l’organisation d’événements scientifiques réguliers sur le modèle du workshop, de la journée d’études ou du colloque. Ces actions contribueront à réaliser trois missions : Continuer la lecture

URGENT : poste de professeur en littérature russe, Sorbonne Université – deadline 5 mars 2020

Nous publions l’annonce pour un poste en littérature russe au sein de Sorbonne Université à compter du 1er septembre 2020.

informations complémentaires :