Sarah Gruszka

Sarah Gruszka est post-doctorante au CERCEC (Centre d’Etude des Mondes Russe, Centre Européen et caucasien) de l’EHESS/CNRS. Elle est également associée à Eur’ORBEM (Cultures et Sociétés d’Europe Orientale, Balkanique et Médiane) – Sorbonne Université / CNRS et à CIRRUS (Centre de Recherches sur la Russie) – Sorbonne Université.

Disciplines des recherches : Histoire, littérature
Aire(s) géographique(s) et période(s) étudiées : URSS, Léningrad ; période de la Seconde Guerre mondiale 
Langues écrites, lues et parlées :
français, anglais, russe / Langues lues : yiddish, grec moderne

Thèmes de recherche :

  • Subjectivités soviétiques (époque stalinienne et pendant la Seconde Guerre mondiale) : ego-documents et journaux personnels (hommes et femmes ordinaires ou personnalités publiques).
  • Histoire des formes scripturaires du passé : la pratique diariste en temps de crise.
  • Etudes mémorielles : mémoire de la Seconde Guerre mondiale sur le front de l’Est, mémoire du siège de Leningrad (journaux intimes du siège de Leningrad).
  • Histoire et culture de la période soviétique (stalinisme, Seconde Guerre mondiale).

Publications majeures :

  • Sarah Gruszka, co-directrice du numéro spécial N°92 de la Revue des études slaves : “égo-documents et archives personnelles en Russie, du XVIe siècle à nos jours : de l’individuel au collectif”, 2021 / 1.
  • Sarah Gruszka, « Servir et maudire le pouvoir : la dualité de l’écrivain sous Staline (à travers le cas d’Ol’ga Berggol’c) », in Luba Jurgenson et Atinati Mamatsashvili (Dir.) Des écrivains face à la persécution, au massacre de masse et au génocide, éditions Pétra, 2020, 204p.
  • Sarah Gruszka, « Как писать “я” в эпоху “мы” ? Поиски идеологически допустимого дневника во время ленинградской блокады » [Comment écrire ‘je’ à l’époque du ‘nous’ ? La quête d’un journal intime idéologiquement correct dans Leningrad assiégé], in Конструируя «советское»? Политическое сознание, повседневные практики, новые идентичности : материалы двенадцатой международной конференции молодых ученых (26–27 апреля 2019 года, Санкт-Петербург), СПб., Издательство Европейского университета в Санкт-Петербурге, 2019, pp. 28-35.
  • Sarah Gruszka, « Le siège de Leningrad en quête de commémoration, 77 ans après », Mémoires en jeu. Revue critique interdisciplinaire et multiculturelle sur les enjeux de mémoire, N° 8, hiver-printemps 2018-2019, pp. 152-156.
  • Sarah Gruszka, Cécile Rousselet « Inquiétante étrangeté, inquiétante familiarité à l’ère soviétique. La langue officielle et le discours de l’intime en situation de polyphonie dans les ego-documents et dans les textes littéraires soviétiques », TRANS. Revue électronique de littérature générale et comparée , N° 21, 2017.
  • Sarah Gruszka, « Une écriture de la catastrophe dans Leningrad assiégé (1941-1944) », in Caroline Bérenger et Viviana Agostini-Ouafi (Dir.), Sous la glace et les débris du temps. Front de l’Est et bombardements en Europe, Paris, Indigo, collection « Archives plurilingues et témoignages », 2017, pp. 91-106.
  • Sarah Gruszka, « Civilisation versus barbarie. L’Ennemi sous la plume des Léningradois assiégés », in Claudia Pieralli (Dir.) Russia, Oriente slavo e Occidente europeo Fratture e integrazioni nella storia e nella civiltà letteraria [Fractures et intégrations entre la Russie, le monde slave-oriental et l’Occident à l’époque moderne et contemporaine], Florence, Firenze University Press, série Biblioteca di Studi Slavistici, 2017, pp. 151-176.

Responsabilités scientifiques :

  • Projet de recherche international Horizon 2020 « Visual History of the Holocaust : Rethinking Curation in the Digital Age », (CERCEC) : analyser et numériser les images filmées par les opérateurs rattachés à l’Armée rouge (soviétiques et polonais) au moment de la découverte des lieux d’atrocités commises par les nazis, ainsi que les photographies et les témoignages des citoyens des pays d’Europe de l’Est portant sur l’occupation nazie, les massacres et la libération.
  • Programme de recherche “Écrits de soi” (porté par Jean-Louis Jeannelle et Jean-Christophe Igalens, Sorbonne Université / CELLF) : valorisation des ego-documents russes.
  • Travail actuel pour la publication d’un ouvrage sur le siège de Leningrad chez Tallandier.
  • La thèse de doctorat de Sarah Gruszka intitulée « Voix du pouvoir, voix de l’intime. Les journaux personnels du siège de Leningrad (1941-1944)”, soutenue fin 2019 à Sorbonne Université, a reçu le Prix solennel de thèse en lettres et sciences humaines de la Chancellerie des Universités de Paris pour l’année 2020.

Autres responsabilités scientifiques (sociétés savantes, etc.) :

  • Membre de l’Institut d’études slaves de Paris.
  • Membre de l’Association Française des Russisants et de la Société Française des Amis de la Russie.
  • Membre du comité scientifique du projet “mémoire de guerre : témoignage de la Seconde Guerre mondiale” (ERLIS – UCBN).

Voir le CV de Sarah Gruszka sur Academia.

Voir le CV de Sarah Gruszka.

Contacter Sarah Gruszka : sarahanna.gruszka[at]gmail.com