“À la recherche du temps perçu” 3ème Journée d’études du GDR sur les temporalités

Le GDRus organise sa troisième journée d’études “À la recherche du temps perçu. Les temporalités dans l’Empire russe, l’URSS et le monde post-soviétique” qui aura lieu les 3 et 4 février 2022, à Paris, Campus Condorcet.

Cette journée d’études propose de se saisir de la notion de « temps perçu » qui nous semble capable de susciter des réflexions nouvelles tant sur la matérialité du temps que sur les représentations auxquelles elle donne lieu, au-delà du paradigme traditionnel des ruptures et continuités. En prenant le parti de s’inscrire dans des enjeux de recherche les plus contemporains qui soulignent le poids du présentisme en Occident (Hartog, 2020), elle cherchera à sortir d’une chronologie politique habituellement admise pour traiter de l’Empire, de l’URSS et du monde post-soviétique. En faisant le choix du terme de temporalités plutôt que celui du temps (Dubar, 2014) pour se concentrer volontairement sur les expériences multiples du temps présent et leurs perceptions conscientes, son enjeu sera d’insister sur le temps comme construction sociale mais aussi de mettre l’accent sur les manières multiples dont il est perçu et vécu dans des périodes de profondes mutations.

Pour ce faire, quatre axes seront privilégiés :

  • Temporalités individuelles et collectives
  • Mesurer les temporalités
  • Qualifier les temporalités
  • Temporalités globales

Vous trouverez la version complète de l’Appel à communications ici et ci-dessous
Les propositions sont à envoyer avant le 30 septembre 2021 à l’adresse suivante : je.temporalites@gmail.com  Continuer la lecture

15 juin 2021 : Genres, Formes, Pratiques de La Littérature de masse en Russie, XVIIIè-XXIè Siècles – appel à communication

Appel à communications

Journée d’études en ligne organisée par le CIRRUS – EUR’ORBEM 

15 juin 2021

 Genres, formes, pratiques de la littérature de masse en Russie, XVIIIe-XXIe siècles

Voir sur ce lien l’argumentaire complet de la journée d’études

 

Récemment, de nombreuses initiatives de recherche dans le monde contribuent à faire évoluer la perspective de l’histoire de la littérature russe sur ce qui constitue le canon et ce qui est, ou a été, rejeté à la périphérie. Considérant cette interaction « centre – périphéries » comme une relation dynamique dont la teneur est variable selon les époques, une nouvelle histoire de la littérature russe devra poser la question de ce qui fait évoluer, plutôt que progresser, la littérature.

L’un des plus vastes domaines rejetés aux marges de la « grande littérature » est constitué par la littérature de masse, domaine en général doublement dévalué en tant que mercantile et populaire. Mais la question de sa définition, celle de son statut au sein du champ littéraire, de sa place dans l’évolution littéraire témoignent, par leur actualité, de la pérennité de certaines représentations. La littérature de masse, pensée comme littérature pour les masses, est bien souvent rejetée hors du champ de l’esthétique, condamnée pour son orientation vers le divertissement d’un lecteur peu exigeant, mais aussi en vertu de sa nature sérielle qui la priverait de tout pouvoir de faire évoluer sa consœur, la « haute littérature ». Pourtant, les critères d’évaluation de la littérature de masse ne sont pas forcément évidents, et ont évolué au fil des siècles : si personne n’a aujourd’hui l’idée de vendre Crime et châtiment au rayon des polars, l’on pourrait se demander ce qui, entre la réputation – et popularité – de l’auteur et les pratiques de lecture liées à son œuvre, est déterminant dans la catégorisation de cette œuvre, au-delà de sa qualité « essentielle ». Car la littérature de masse, notamment par la variété et la multitude des acteurs qu’elle engage, invite à considérer une œuvre aussi bien du point de vue de ses qualités intrinsèques que dans la perspective des rapports qu’elle engendre entre son auteur et son lecteur, et de ce que le mode de diffusion du texte (écrit, oral ou par dérivation via d’autres formes d’art, comme le cinéma par exemple) peut entraîner comme transformations de forme et de genre. La réflexion sur l’histoire de la littérature de masse en terrain russe – forcément diachronique – sera donc aussi l’occasion de s’interroger sur l’évolution des pratiques d’édition et de lecture d’œuvres dont le « degré d’ouverture » ne sera bien évidemment pas le même selon l’espace de leur circulation. Continuer la lecture

2ème Journée d’études du GDRus : L’Empire russe, l’URSS et le monde post-soviétique au contact d’autres aires culturelles. Enjeux méthodologiques et épistémologiques

La deuxième journée d’étude du GDR « L’Empire russe, l’URSS et le monde post-soviétique aux contacts des autres aires culturelles. Enjeux méthodologiques et épistémologiques » aura lieu les 4-6 février 2021 à l’Université Grenoble Alpes. Elle entend rassembler les chercheurs dont les travaux mettent en relation plusieurs aires géographiques et culturelles dont l’aire (post)-soviétique.

Comment les chercheur.es dont l’objet est l’espace frontalier entre ces aires dialoguent- ils/elles avec les chercheur.es et les recherches provenant de cet espace ? Par quels moyens méthodologiques les chercheur.es travaillant prioritairement sur les espaces post-soviétiques abordent-ils/elles les autres aires géographiques ? Inversement, comment les chercheur.es, dont l’objet principal se situe en dehors de l’aire russo-(post-)soviétique abordent-ils/elles cette dernière ? Enfin, quels sont les outils épistémologiques, propres à chaque discipline, permettant ou entravant un tel dialogue ?

    • La journée d’étude sera précédée par une série de séminaires introductifs à l’automne 2020 consacrés aux différentes approches théoriques de la problématique proposée. Les participants à la journée d’étude seront invités à y prendre part. Le programme des séminaires sera diffusé en septembre.
    • Par ailleurs, nous prévoyons la publication d’une sélection de contributions dans le cadre d’un numéro spécial de revue.

Continuer la lecture

Appel à communications : Le « crayon bleu » de la censure :  le contrôle, le contournement et la circulation des informations dans les pays non-démocratiques au XX siècle

Appel à communications

Le « crayon bleu » de la censure :  le contrôle, le contournement et la circulation des informations dans les pays non-démocratiques au XX siècle

Colloque international transdisciplinaire

Paris, France

2 octobre 2020

Eugène Lyons, journaliste américain accrédité à Moscou à la fin des années 1920, décrivait dans ses mémoires le travail d’un correspondant étranger en URSS, qui, de par son métier, était régulièrement confronté à la censure : outre les contraintes imposées, on y voit aussi les pratiques spécifiques de la lecture d’une presse sous le contrôle étatique comme source tout de même majeure d’information, la nécessité pour les correspondants de maîtriser les codes comportementaux et langagiers pour pouvoir exercer convenablement leur travail, les interactions et les sociabilités multiples entre les journalistes rivaux et les censeurs, le profil et les pratiques quotidiennes de ces derniers (Lyons 1938).

Loin de l’image d’un censeur à crayon bleu exerçant l’acte répressif du pouvoir d’État dans un vacuum social, cette description de Lyons invite à réinterroger la censure d’informations dans des pays non-démocratiques au XXe siècle dans un cadre plus large de l’histoire sociale, attentive aux acteurs, à leur pratiques, et aux circulations. Ainsi, la notion même de la censure doit être élargie à « un large spectre de pratiques qui sont présentes à tous les niveaux de la société et qui dirigent le discours et le comportement à travers tout un ensemble de mécanismes qui sont parfois subconscients » (Sherry 2015). Ce thème de la censure nous permet en outre de questionner la notion même d’un régime non-démocratique qui est traditionnellement définie par opposition à celle de la démocratie[1] ainsi entrainant le modèle de l’opposition binaire. Des études récentes témoignent de la remise en question de cette distinction prétendument nette : telles notions que « la démocratie illibérale »[2] ou « la démocrature »[3] se voient apparaître à la fin du XXe siècle pour caractériser des régimes de nature hybride qui empruntent certaines caractéristiques de la démocratie libérale mais qui sont caractérisés par le pouvoir autoritaire, ce qui nous permet de les attribuer également aux régimes non-démocratiques.

Continuer la lecture

Journée d’études du GDRUS

Culture, création, patrimoine dans l’empire russe, en URSS et dans le monde postsoviétique:  Nouveaux récits, Nouvelles approches

Appel à communications

Le GDR « Empire russe, URSS, monde post-soviétique » est né début 2019. Il a vocation à mettre en réseau les chercheurs français en sciences humaines et sociales travaillant sur l’Empire russe, l’URSS et le monde post-soviétique dispersés sur l’ensemble du territoire français, à soutenir les étudiants et les jeunes docteurs s’engageant dans des travaux sur cette aire, à donner de la visibilité aux travaux portant sur cet espace, et à renforcer le dialogue interdisciplinaire avec les chercheurs français travaillant sur d’autres espaces. Il est ouvert à tous les chercheurs intéressés par l’un des trois axes : « Culture, création, patrimoine », « Mutations et innovations », « Frontières et connexions »

Dans cette perspective, il propose une première journée d’études, ouverte à tous, portant sur « Culture, création, patrimoine : Nouveaux récits, nouvelles approches », en correspondance avec le premier axe transdisciplinaire du GDRus. Cette journée d’études se tiendra le 17 octobre 2019 à l’Université de Strasbourg. Continuer la lecture