Projet d’écriture d’une Nouvelle histoire de la littérature russe

En avril 2019, deux journées d’études organisées à la Sorbonne et consacrées à la question : « Comment écrire une nouvelle histoire de la littérature russe ? » ont donné l’impulsion à un projet d’envergure qui rassemble aujourd’hui des chercheurs de plusieurs universités françaises et étrangères. Nous sommes partis du constat que les histoires de la littérature russe – comme d’autres histoires de la littérature nationales – avaient presque toutes en commun de narrer une histoire nationale de grands auteurs (de grands hommes avant tout) et de grandes œuvres de manière linéaire, en opérant des sélections inévitables et en oblitérant aussi, à l’occasion, des pans entiers de la production littéraire de telle ou telle époque. En outre, l’approche classique, qui s’appuie peu ou prou sur le canon – ou qui en favorise le maintien, consciemment ou inconsciemment –, a comme particularité d’élaborer un modèle de stabilité, sans rendre compte des dynamiques littéraires, ceci alors même que la forme d’écriture peut être plus ou moins éclatée.

Face à ce constat, et dans la volonté de proposer au lecteur francophone – en premier lieu aux étudiants – un ouvrage et des outils pour aborder l’histoire de la littérature russe d’une manière qui soit à la fois pédagogiquement efficace et méthodologiquement innovante (et qui prenne en compte les courants théoriques les plus récents), nous avons pour objectifs de:

  • Remettre en question la définition du canon littéraire afin de pouvoir prendre en compte tous les « angles morts » de la littérature russe ;
  • Interroger les méthodologies afin de repenser la manière d’écrire l’histoire de la littérature en incluant les « minorités » et en repensant les périodisations existantes ;
  • S’interroger sur le format et le destinataire de l’ouvrage final ;
  • Donner une place importante à la vie littéraire ;
  • Produire une Nouvelle histoire de la littérature russe qui rende compte, dans sa forme, du dynamisme de son contenu.

La Nouvelle histoire de la littérature russe aura pour ambition de répondre à la question de ce qu’est la littérature russe à chaque époque donnée, de réévaluer le rapport aux « mineurs » et donc de proposer une définition de la valeur littéraire éloignée d’enjeux identitaires. Elle devra également adopter une perspective théorique qui organise la masse d’informations (forcément immense) sur l’histoire littéraire russe.

Nous envisageons l’écriture d’une nouvelle histoire de la littérature russe en trois étapes : un premier ouvrage (en format papier) qui aurait pour objectif de produire un manuel destiné au public estudiantin francophone, un second ouvrage (en format papier) qui privilégierait une approche méthodologique inspirée des material culture studies, et une troisième étape numérique, un méta-ouvrage qui prendrait la forme d’une encyclopédie de la vie littéraire russe en ligne, offrant au lecteur la possibilité de se plonger dans les époques, les espaces, les textes, et les itinéraires intellectuels des écrivains, tout en permettant aux auteurs de créer un système ouvert et transdisciplinaire, associant la littérature, les arts visuels et la musique. En outre, le principe du système ouvert permettrait d’y inclure au fur et à mesure des éléments tels que des enregistrements – de lectures poétiques, de folkore –, des numérisations d’archives et de manuscrits, etc.

Le format numérique permettra d’illustrer ce dont il aura été question dans l’ouvrage papier, en donnant une place de choix aux trajectoires, aux œuvres, aux supports matériels d’écriture, aux lieux, objets, concepts et réputations de la manière la plus inclusive possible. Notre angle d’approche devra permettre de traiter de l’ensemble des phénomènes évoqués, y compris du canon et de la manière dont il a été formé, sans sacrifier le discours sur la littérature à proprement parler et tout en proposant une entrée défamiliarisante dans le processus littéraire russe.

Coordinateurs du projet : Daria Sinichkina (Sorbonne Université), Laetitia Decourt (Sorbonne Université), Rodolphe Baudin (Sorbonne Université).

Participants du projet : Nicolas Aude (Université de Lille), Claire Delaunay (Sorbonne Université), Catherine Depretto (Sorbonne Université), Isabelle Després (Université de Grenoble Alpes), Alexeï Evstratov (Université de Lausanne), Victoire Feuillebois (Université de Strasbourg), Catherine Géry (INALCO), Hélène Mélat (Sorbonne Université), Bella Ostromooukhova (Sorbonne Université), Cédric Pernette (Sorbonne Université).

* Vous pouvez également consulter le compte-rendu des Journées d’études et l’état d’avancement du projet