Lettre de soutien à Karine Clément

Notre collègue, Karine Clément, sociologue et spécialiste de la Russie contemporaine, s’est vu refuser l’entrée sur le territoire russe et interdire de séjour en Russie pour dix ans le 27 novembre 2019. Cette interdiction est une catastrophe pour elle, qui se trouve ainsi coupée de ses partenaires scientifiques, de ses possibilités de recherche sur le terrain et de ses amis et de sa famille en Russie. C’est aussi un grave coup porté à tous les projets de recherche, colloques et publications de qualité dans lesquels elle était impliquée en France et en Russie. C’est également un précédent lourd de menace pour tous les chercheurs qui travaillent en Russie et pour l’avenir de la coopération scientifique entre nos deux pays, en particulier dans le domaine des sciences humaines et sociales.

Karine Clément, docteure en sociologie de l’EHESS, a consacré sa carrière académique à l’étude des ouvriers et des mouvements protestataires en Russie. Après ses travaux doctoraux, elle s’est installée en Russie, à Moscou d’abord puis à Saint-Pétersbourg où elle a travaillé jusqu’en 2018 à la Faculté des Arts libéraux et des Sciences de l’Université d’Etat de St-Pétersbourg. Grâce à la qualité de ses enquêtes de terrain et à ses collaborations scientifiques avec des collègues russes et internationaux, elle est devenue l’une des analystes les plus reconnues et les plus respectées de la société russe contemporaine.

Son ouvrage publié avec O. Miryasova et A. Demidov. Ot obyvatelej k aktivistam : roždaûŝiesâ social’nye dviženiâ v nynešnej Rossii [Des gens ordinaires aux activistes : les mouvements sociaux émergents en Russie contemporaine] (Moscou, 2010) est une référence pour tous les chercheurs travaillant sur les mobilisations sociales dans la Russie contemporaine. Elle a publié dans les plus grandes revues de sciences sociales et été invitée à participer à de nombreuses conférences internationales. A son retour en France en 2018, elle a rejoint le Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC) comme chercheure associée et a participé à de nombreuses rencontres et conférences scientifiques. Elle est aussi associée au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA-GTM) dans le cadre d’un contrat de recherche de trois ans financé par un projet européen ERC dirigé depuis l’université de Helsinki.

Le 27 novembre, elle se rendait à Moscou pour participer à une conférence, intitulée « L’avenir du savoir sociologique et les défis des transformations sociales », organisée en l’honneur des 90 ans du sociologue russe V.A. Iadov à l’Académie des sciences de Russie. L’interdiction de territoire russe qui frappe Karine Clément nous semble incompréhensible. Elle met en péril son travail académique et interroge les possibilités de coopération à venir en sciences sociales entre la France et la Russie. A l’heure du rapprochement souhaité au plus haut niveau entre nos deux pays, nous tenons à exprimer notre vive émotion concernant cette décision et nous souhaitons en connaître les raisons. Nous souhaitons qu’il soit fait tout le possible pour que Karine Clément puisse retourner très prochainement sur le territoire de la Fédération de Russie.

Restant à votre disposition pour toute action destinée à soutenir Karine Clément, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, Madame la Ministre, Madame l’Ambassadeur, Mesdames et Messieurs, nos salutations sincères,

Signataires

– Vincent Benet, directeur du Centre d’études franco-russe de Moscou
– Alain Blum, directeur de recherches à l’INED, directeur d’études à l’EHESS
– Juliette Cadiot, directrice d’études, EHESS, Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC)
– Françoise Daucé, directrice d’études à l’EHESS, directrice du CERCEC
– Marc Elie, chargé de recherches au CNRS, directeur adjoint du CERCEC
– Gilles Favarel-Garrigues, directeur de recherche, CNRS, CERI
– Catherine Gousseff, directrice de recherches au CNRS, CERCEC
– Luba Jurgenson, professeur à l’UFR d’Etudes slaves, Sorbonne Université
– Anne Le Huérou, maîtresse de conférences, Université Paris-Nanterre
– Christophe Prochasson, président de l’EHESS
– Jean Radvanyi, Professeur émérite à l’INALCO
– Jean-Robert Raviot, Professeur des Universités, Université Paris-Nanterre
– Marie-Pierre Rey, Professeur des Universités, Directrice du Centre de recherches en histoire des Slaves, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
– Kathy Rousselet, directrice de recherches, CERI, Institut d’études politiques de Paris
– Silvia Serrano, professeur, Sorbonne Université, directrice du GDR Empire russe, URSS et monde post-soviétique
– Carole Sigman, chargée de recherche au CNRS, Institut des sciences sociales du politique (ISP), présidente de la SFERES (Société française pour les études russes et est-européennes en sciences sociales)
– Nicolas Werth, directeur de recherche à l’Institut d’histoire du temps présent