GDRus et SFERES : deux initiatives complémentaires pour valoriser la recherche sur l’espace centre-européen, russe, soviétique et post-soviétique

Plusieurs initiatives ont été prises ces derniers mois portant sur l’organisation de la recherche sur une vaste aire couvrant l’Europe centrale, l’Empire russe, l’Union soviétique et les Etats qui en sont issus. Notamment l’association SFERES (Société française pour les études russes et est-européennes en sciences sociales) a vu le jour en 2018, le Groupement de recherche « Empire russe, URSS, monde post-soviétique » (GDRUS) en 2019. Venant s’ajouter à celles existant de longue date (telles que l’AFR ou le GDR « Europe médiane »), ces initiatives témoignent de la vitalité des études consacrées à ces espaces, mais aussi d’un souci de visibilité accrue, dans un contexte marqué par l’internationalisation de la recherche, par une profonde refonte du paysage de l’ESR français et d’une raréfaction des débouchés pour nos étudiants et doctorants. L’association SFERES et le GDRUS sont tous deux orientés vers une visée commune : œuvrer à une meilleure diffusion et reconnaissance de la recherche française sur les sociétés est-européennes et l’espace post-soviétique ; dialoguer avec les chercheurs en sciences humaines et sociales de différentes disciplines et spécialistes d’autres aires géographiques ; accompagner les doctorants et les jeunes chercheurs dans leur intégration professionnelle. Néanmoins, les objectifs concrets, le périmètre géographique, les chantiers prévus et les cadres institutionnels sont distincts, bien que complémentaires.

Le GDR « Empire russe, URSS, monde post-soviétique » a été créé par le CNRS pour une période de cinq ans (2019-2024). Il a vocation à mettre en réseau les chercheurs associés à des institutions de recherche françaises en sciences humaines et sociales travaillant sur l’Empire russe, l’URSS et les mondes post-soviétiques dispersés sur l’ensemble du territoire français, à soutenir les étudiants et les jeunes docteurs s’engageant dans des travaux sur cette aire, à donner de la visibilité aux travaux portant sur cet espace, et à renforcer le dialogue interdisciplinaire avec les chercheurs travaillant sur d’autres espaces. En encourageant les coopérations entre chercheurs et enseignants-chercheurs travaillant sur la région, il promeut les enrichissements mutuels entre « area studies » et disciplines.

Le GDRUS s’est constitué autour de dix équipes, mais il est conçu comme un réseau évolutif, et est ouvert à tous les chercheurs et enseignants chercheurs travaillant sur son périmètre et se reconnaissant dans les approches de sciences humaines et sociales au sens large. Les activités du GDR s’articulent autour de trois chantiers : un état des lieux de la recherche française sur l’espace considéré, la préparation d’une publication consacrée à la présentation d’ouvrages importants dans l’histoire intellectuelle sur l’URSS et les mondes post-soviétiques, l’impulsion de recherches collectives autour de trois axes : « Culture, création, patrimoine », « Mutations et innovations », « Frontières et connexions ». Une journée d’étude annuelle sera organisée autour de chacun des axes. La première journée d’étude, visant en particulier un public « jeunes chercheurs », suivie de plusieurs ateliers, se tiendra à Strasbourg les 17-18 octobre 2019.

Quant à l’association SFERES, elle regroupe des chercheurs, enseignants-chercheurs, post-doctorants, docteurs et doctorants travaillant sur l’Europe centrale et orientale (y compris l’Allemagne, les Balkans et les pays Baltes), la Russie, l’Asie centrale et le Caucase.

L’association est ouverte à tous les chercheurs et enseignants-chercheurs, quelle que soit leur discipline d’appartenance, qui se reconnaissent dans les questionnements des sciences sociales. Ses membres actifs sont principalement issus de l’anthropologie, de la démographie, du droit, de l’économie, de la géographie, de l’histoire, de la sociologie et de la science politique.

La SFERES a pour ambition première de contribuer à la diffusion et à la promotion à l’étranger des recherches menées en France sur le vaste espace géographique qu’elle couvre. A ce titre, elle a vocation à s’intégrer à des réseaux internationaux en organisant ou co-organisant des colloques, en impulsant ou en accompagnant la soumission de panels dans des colloques et/ou de numéros à des revues étrangères. Des groupes de travail thématiques et d’autres formes d’échange avec nos collègues étrangers peuvent être envisagés à cette fin. En 2019, elle est devenue membre de l’ICCEES (International Council for Central and East European Studies), qui comprend dix-huit associations nationales.

Les 7 et 8 novembre 2019, la SFERES organise à Paris, avec le CERCEC (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen) et l’ISP (Institut des sciences sociales du politique), un colloque international et pluridisciplinaire sur « 1989 à l’Est : entre ordre et subversion ». Le programme sera diffusé prochainement. Ce colloque est soutenu par une quinzaine d’institutions de recherche importantes pour l’étude de la région (dont le GDR « Empire russe, URSS, monde post-soviétique »).

Vous y êtes les bienvenus.

Les informations concernant la SFERES et le colloque se trouvent sur son site et vous pouvez contacter l’association à l’adresse : sferes@cnrs.fr.

Silvia Serrano, coordinatrice du GDRUS

Carole Sigman, présidente de la SFERES